Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

L'Invocation, ou Comment se faire des amis de démons mineurs.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Dans son laboratoire, Rhiannon était seule. Elle avait barricadé la porte avec un sortilège (ce qu’on appelle communément un verrou magique) qu’elle avait complété en insonorisant la pièce, si bien qu’il régnait un silence absolu. Elle avait repoussé les quelques meubles contre les murs et tiré les rideaux rapiécés de l’unique et étroite fenêtre, si bien qu’aucun rayon de soleil ne pénétrait à l’intérieur. Elle aurait préféré opérer pendant la nuit, mais alors sa fille se serait trouvée là, dans la pièce attenante, et elle se devait d’être seule… Seule avec son visiteur.

Il n’allait pas tarder à arriver, d’ailleurs. Trois heures plus tôt, elle avait commencé le tracé complexe et difficile d’un cercle d’invocation de taille moyenne, au milieu de la pièce. Tracé effectué avec une espèce de gouache qu’elle avait elle-même réalisé et dont la composition était presque aussi complexe que le tracé lui-même. Certains ingrédients avaient été plus contraignants à se procurer que d’autres, et elle arborait à la paume gauche une longue entaille toute fraîche – elle aurait aisément pu la faire cicatriser aussitôt mais s’était contentée d’interrompre l’écoulement du sang.

Elle avait ensuite dessiné un cercle inférieur, plus petit et au tracé moins chargé, à quelques pas du premier ; après quoi elle avait tracé un grand cercle de protection qui englobait le tout, celui-ci étant destiné à isoler totalement la zone d’invocation en empêchant les énergies extérieures d’y pénétrer. Elle avait disposé, à des emplacements bien définis et selon un agencement précis, des bougies de toutes tailles – sans les allumer toutefois. Elle avait réalisé tout ceci avec soin, non sans vérifier ses tracés une dernière fois par mesure de précaution. Elle n’avait pas lésiné sur les runes Eihwaz et Algiz, respectivement Rune de Défense et Rune de Protection, et était très satisfaite du résultat.

Tous ces préparatifs accomplis, elle s’était pliée aux Rites de Purification indispensables pour se mettre en condition. Entre autres choses, elle avait consciencieusement fermé, une par une, chaque « porte » de son esprit. Fin prête, elle éteignit les flambeaux et alluma les bougies, se plaça dans le cercle attenant, et entama enfin les incantations rituelles. Tout en exécutant un enchaînement de gestes fluides, elle récita des mots aux accents étranges et insaisissables. Les mouvements étaient précis, sans saccade ; elle ne se précipitait ni ne ralentissait. Elle prononça les injonctions d’une traite, sans aucune hésitation ni la moindre intonation, en articulant distinctement chaque syllabe. Même lorsque sa bouche devint sèche, après un interminable moment, son débit n’en fut pas altéré. Qu’elle bute sur un seul mot, ou foire un seul geste, et c’était fichu. Aussi effectua-t-elle l’interminable rituel avec une application extrême, à la lueur dansante des bougies dont la flamme semblait réagir à chacun des syllabes de l’invocation, projetant des ombres fantasmagoriques sur les murs de la pièce.

Parvenue à son terme, elle conclut en prononçant les cinq Paroles de Commandement, d’un ton cette fois ferme et impérieux.

- Appare, Mane, Ausculta, Se dede, Pare.

Un long silence survint pour tout échos aux paroles de Rhiannon. Puis, dans l'étrange-mouvance des ombres donnés par les bougies, des formes subreptices vinrent entacher les murs dans un écho de murmure et de rires lointains. Peu après, un transport de fumée âcre et rougeoyante s'éleva de chaque flamme des bougies pour s'en rallier au centre du cercle de l'invoqué, formant une sorte de sphère de brouillard concentrique. Peu à peu, la sphère fumante se développa et un visage aquilin et déformé par un rictus descendit comme en plongeon vers le sol. La forme encore indistincte mua, et le reste d'un corps fait de fumée épaisse et de cendres nauséabondes termina de créer l'humanoïde décharné qui agrippait de longues mains griffues au sol pour se rattraper. Le démon ouvrit des yeux d'un blanc dardant la jeune femme et siffla longuement.

Rhiannon resta imperturbable durant la manifestation du démon, aussi impressionnante soit-elle, car elle n'était pas sans savoir que le but de tout invoqué était de déstabiliser son invocateur par tous les moyens possibles et imaginables, afin qu'il commette l'irréparable : sortir de son cercle. Debout dans celui-ci, droite comme un i, elle planta son regard impénétrable dans les yeux du Démon et articula calmement.

- Je veux que tu me parles d’une entité qui se fait appeler Hyrion. Sens-tu sa présence en ces murs ?

Le démon aux allures d'humanoïde à la peau noircie de cendres émit un autre long sifflement, de son crâne parfaitement lisse il passa sa main griffu et hideuse. Ne regardant pas Rhiannon, il déglutit d'une voix rauque en roulant des yeux accaparés et malsains.

- Kssh-ksshh.... Oui, oui... Sa présence est là, il accapare la chaleur, fait tourner la sueur, griller la saveur... Quel est son but, à l'invocatrice ?

Un sourire édenté révélant des dents en pointes mal fichues s'étendit à Rhiannon, tandis que le démon à la gestuelle désordonnée et désarticulée s'essaya à s'approcher de la jeune femme, sans succès, le cercle coupant toute mouvance. Le démon émit un grognement sourd et frémit.

- ... Oh, ouiiiii, maligne, maligne l'humaine...

Elle rétorqua fermement, mais sans animosité.

- C'est moi qui pose les questions, Démon. Et par le rituel qui nous lie, tu n'as d'autre choix que me répondre... Aussi je te conseille de ne pas tourner autour du pot.

Le démon rétorqua un autre long sifflement dégoûtant et cracha de sa bouche mal formée un amas de cendres, comme une toux. Puis il ne regarda pas Rhiannon et roula encore des yeux de dément.

- Choix, oui; Non. Ton sang est bon, encore si tu ne veux pas le silence !

Sans hésiter, l'invocatrice se pencha, tout en veillant à ce que pas un cheveu ne franchisse les limites de son cercle, et ramassa la dague de rituel posée à ses pieds. Elle s'entailla la paume sans broncher, rouvrant la plaie à peine cicatrisée, et le sang coula sur le sol. Les runes de son cercle semblaient l'attirer, comme si elles se gorgeaient de lui, et le sang se répartit tout seul sur les runes les plus proches. Rhiannon, balaya brusquement l'air de la main, projetant une giclée de sang sur le démon.

- Parle. Je veux savoir ce qu'il fait ici.

Le démon hurla soudainement en élevant ses bras décharnés vers elle, comme satisfait du sang versé. Il se passa une fois de plus la main sur son crâne et répondit d'une voix rauque et lourde.

- Hyrion n'est pas un démon, non... Non, le vrai démon est dans Hyrion ! Le nom Hyrion n'est rien, rien ! Personne, personne parmi "nous" ne le savons pourquoi, pourquoi est-il dans ce corps que vous voyez marcher dans votre monde.. Il est là, à l'intérieur, dévorant, se gorgeant de la chaleur de la terre, il avalera le soleil, mais pas de suite, de suite il se tait et se meuve...

Rhiannon observa le silence pendant un instant, comme si elle analysait la réponse du démon. Ni son expression ni son regard, cependant, ne trahissait l’intense activité de son esprit. Elle avait laissé retomber ses bras le long de son corps. Le sang s’écoulait toujours de sa profonde entaille, dégoulinant le long de ses doigts puis gouttant sur le sol dont les tracés continuaient à l’attirer pour reformer les runes, mais elle semblait n’en faire aucun cas. Finalement, elle reprit la parole d’un ton neutre.

- As-tu connaissance de ses desseins ?

Le démon peu ragoûtant roula des yeux exorbités et sans paupières vers elle.

- Non... Personne de l'Autre Coté, ou en bas comme vous dites ne le sait...

Il hocha très lentement de la tête par négation.
Un nouveau silence. Elle était hautement contrariée par cette réponse, mais rien ne transparut, si ce n'est qu'elle resserra sa prise sur la dague qu'elle tenait toujours en main.

- Bien. Une dernière question. Si tu me donnes une réponse satisfaisante, je ne prolongerai pas plus longtemps cette manifestation qui te coûte. Aussi, je te suggère de ne pas répondre à la légère.

Elle marqua une pause, toujours impassible mais son regard se faisant plus pénétrant. Quand elle reprit, ce fut imperceptiblement plus lentement qu'auparavant.

- Comment libérer le corps ? Comment en chasser le démon ?

Le démon trapu et humanoïde observa Rhiannon puis racla du fond de sa gorge un rire.

- Je préfère me faire renvoyer d'où je viens par toi que de me faire avaler par Lui ! Je ne te répondrai pas !

Rhiannon le regarda un court instant, puis articula doucement les paroles d'un Étau Magique qui se resserra lentement sur le Démon. Le démon hurla comme un dément mais posa un air de défi à l'invocatrice, tout sourire.

- Encore, resserre et perds, je ne dirai rien !

L'étau se relâcha, laissant un court répit au démon, puis reprit son mouvement initial, lent et implacable. L'invocatrice dit sans émotion :

- Nous avons tout le temps, Démon. Je peux te maintenir ici à volonté, et ma volonté est immense. Tu sais que ta seule présence te sera de plus en plus insupportable... sans parler de tout ce que je peux déployer en bonus. Je ne renonce jamais... et toi ?

Le démon lui tira langue pour toute réponse, et lui renvoya des gestes obscènes, mugissant de l'étreinte.

- Tes questions sont du vide et des débris de glace, tu perds ton temps ! Ce que tu veux savoir ne te servira à rien," Il" est parmi nous autant que dans le corps qui marche parmi les vivants ! Le corps est le portail, le corps est la clé, le corps est la prison...

Elle ne répondit même pas. Au lieu de cela, elle s'assit en tailleur dans son cercle, tandis que l'Etau reprenait une fois de plus sa position initiale. Très droite, elle posa les mains sur les genoux, et intima un nouveau resserrement qui alla cette fois un peu plus loin. Le démon hurla un étouffement gras et infâme.

- C'est tout, tout ce que je sais !

Elle répondit calmement :

- Peut-être. Peut-être pas.

Une nouvelle étreinte, à laquelle s'ajoutait l'insoutenable tiraillement que le démon ressentait dans ses tripes, ou ce qui lui en tenait lieu, tandis que l'invocation se prolongeait plus qu'il ne le fallait. Ce dernier laissa échapper un gargouillis horrible et étouffé, tandis qu'il lui répondit avec haine.

- Je t'assure que c'est tout ! Tout, tout je te dit !

Impitoyable, Rhiannon laissa le démon sous l'emprise de l’Étau pendant plus d'une heure encore. Elle continuait inlassablement à le relâcher puis à le resserrer, ne manifestant aucune émotion aux hurlements déchirants et aux gargouillis ignobles qu'elle lui arrachait, ni à ses plaintes et ses serments. Tout au plus se félicita-t-elle d'avoir pris la peine d'insonoriser la pièce. Finalement, lorsque le démon n'eut même plus la force de protester, elle dissipa l’Etau d’un geste négligent de la main. L’air soudain lassé, elle prononça les paroles de Révocations sans un regard pour la chose pitoyable ratatinée au fond du cercle et elle fut aussitôt engloutie par lui, avec nettement moins d’effets spéciaux qu’à son apparition... Vous dites ? Mise en scène ? Nooon...
Elle sortit de son cercle, rouvrit les rideaux et dissipa les sortilèges qui isolaient le laboratoire. Ensuite, l’air impénétrable, elle sortit et referma derrière elle.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum