Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Dans un village aux alentours de Kaamelott...

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Scarlett était assise dans l’obscurité, sur un sofa, dans la salle principale d’une petite maison de Caerlion.

Le visage sans expression, elle regardait le mur devant elle, sans y porter réellement attention. Cela faisait maintenant deux jours qu’elle avait perdus ces enfants, elle sentait alors un horrible vide en elle, mais aussi une autre chose qu’elle avait tant de mal à s’avouer…la sensation d’une chose en moins à porter, d’un poids perdus.

Sa tête était lourde, ses paupières se fermaient seules, elle tentait depuis de longues heures de chassait tout souvenirs de sa tête. L’odeur du sang et les cris avaient laissé place à l’angoisse, le vide, la solitude.

Une partie de Scarlett avait envie de se poser des questions, sur ce qu’il fallait faire, sur son avenir, sur le fait de partir ...mais où ? A Rome, a Kaamelott ? Mais l’autre partie de la Princesse, et celle qui prenait le dessus sur l’autre, ne voulais penser a rien, ni se poser de questions ni réfléchir à ce qu’il fallait faire. Rester là et cesser de vivre. Pourtant une question lui vain en tête…et si elle n’arrivera jamais plus à vivre ? A rire ? Ou tout simplement à sourire.
Et si ces choses tellement importantes avaient totalement disparus d’elle-même ? Elle se passa une main dans les cheveux, ils étaient sales, secs alors qu’ils avaient toujours étaient d’une douceur presque inhumaine.
Il y a avait pire que le fait de ne perdre son sourire, son rire et sa raison de vivre…se perdre soi-même et à cet instant précis c’est ce que la jeune romaine redouté le plus : se perdre, à tout jamais.

Voir le profil de l'utilisateur
Les narines pincées d'une rage qui ne pouvait s'exprimer, la jeune aveugle quitta silencieusement la maison "familiale". Elle avait récupéré les quelques affaires lui appartenant en propre -quelques vêtements, son luth et l'ineffable Moloch- et abandonné derrière elle tout ce qui lui avait été offert ici, ainsi que son médaillon. Athéna l'avait prêté, Ahéna le récupèrerait, point barre.
Elle se dirigeait avec sûreté dans les ruelles obscures, pour arriver au plus vite à l'endroit qui l'intéressait : la maison "gracieusement" prêtée à Scarlett pendant sa grossesse, celle que Cassandre appelait in petto "la prison". Maintenant que la jeune romaine avait perdu les bébés -et qui ne l'aurait pas fait, vu l'ambiance de folie, malsaine, qui existait entre les membres de la maisonnée du maître du village ?- il était évidemment question de la chasser comme une malpropre dès que possible. Probablement dès le lendemain, du reste.
Cassandre ne s'était jamais mêlée de la politique interne à la maisonnée de son compagnon, mais avait toujours trouvé les réactions de celui ci vis à vis de sa première épouse... bizarres. Et là... Elles étaient iniques, mauvaises... méchantes. Et cela, l'aveugle n'était pas en mesure de le supporter. L'homme qu'elle aimait pouvait avoir tous les défauts.... Mais pas être méchant.
C'est donc armée de son courroux vengeur, de 15 pièces d'or et de 90 kilos de Danois que Cassandre frappa à la porte de la maisonnette où la princesse romaine, seule depuis sa fausse couche, devait se trouver.

Voir le profil de l'utilisateur
Quelqu’un frappa à la porte. Le bruit tira doucement Scarlett de ses étranges pensées. Elle tourna instinctivement son regard dans la pièce et après quelques secondes, réalisa que le bruit venait bien de l’extérieur. Quelque chose lui serrât alors le cœur…

Ca y est …c’était lui. Il venait pour la chasser, elle en était sûre.
Un frisson la traversa, elle avait peur, bien plus qu’avant.
Une force la fit se relever puis elle se dirigea vers la porte d’un pas lent et faible. Allais t’il la battre ? Ou bien juste lui ordonner de partir ? Oh…partir, au fond d’elle, la princesse y rêvait depuis tellement longtemps. Elle se trouvait tellement faible désormais, on avait fait d’elle une prisonnière, une jeune fille détruite, bonne qu’à assurer une descendance, alors qu’elle était si forte avant, elle ne s’effondrait jamais devant rien.

Et maintenant, un simple coup à sa porte la faisait sursauter. Elle leva la tête, posa sa main sur la poigné et ouvrit. Autant en finir. Sa surprise fut grande quand elle aperçut que ni Galessin ni un garde se trouver derrière cette porte mais bel et bien Cassandre…Elle n’était surement pas là pour lui dire de partir, pourquoi Galessin l’aurais envoyé, elle ? Non…Alors que faisait elle là ?

Scarlett avait était auparavant affreusement jalouse de la jeune fille qui se trouvait en face d’elle, elle l’avait haït même, un peu malgré elle, car elle savait Cassandre gentille, le genre de personne qui ne pense pas un mal. Elle ouvrit la bouche étonnée, mais rien n’en sortie. Après quelques secondes un son s’échappa enfin.

- Cassandre ? …

Voir le profil de l'utilisateur
Les pas de l'autre côté de la porte avaient été lents, hésitants.... plutôt ceux d'une vieillarde que ceux d'une toute jeune femme. Quand la porte s'ouvrit, Cassandre était donc déjà plus ou moins préparée au pire.
Mais pas à ce pire là, quand même.
La voix de la princesse n'avait guère été plus qu'un souffle, et elle était atone et morne. Sur la seule prononciation de son prénom, l'oreille exercée de l'aveugle avait pu noter les fêlures, la tristesse et l'étonnement actuel de Scarlett. Fronçant les sourcils avec contrariété, et sans même attendre d'être invitée à entrer, la jeune grecque tendit une main devant elle à hauteur de coude, atteignant ainsi la romaine. Puis, ses doigts remontèrent le long d'un bras amaigri, d'une épaule devenue un rien anguleuse, pour se poser sur le visage de son homologue. Les doigts fins et frais suivirent les traits fatigués du visage, le pli amer de la bouche, remontèrent dans les cheveux, en testèrent la douceur. Durant tout cet examen, que l'aveugle ne pensa pas à motiver, son visage devint de plus en plus sombre.
Son bras retomba le long de son corps sans que son expression s'éclaire.


- Arriverez vous à monter à cheval, sur quelques lieues ?

Le plan initial était de s'approprier un cheval (tous les habitants du village n'étaient pas obtus au point de ne pas s'apercevoir que leur dirigeant traitait mal sa première épouse, et le palefrenier approché par Cassandre était du nombre) et de rejoindre Kaamelott toutes les deux. La princesse y avait des appuis, et pour l'aveugle... eh bien disons que l'endroit était bien choisi pour un nouveau commencement.

Voir le profil de l'utilisateur
La jeune romaine n'avait même pas penser l'inviter a rentrer, ni même à lui demander les raisons de sa visite,elle n'avait pas vraiment l'esprit à ce montrer polie ou a discuter. Elle ne bougeât pas quand Cassandre passât sa main sur son visage avec une mine contrainte. Elle savais bien qu'elle allait paraître faible devant Cassandre et une dernière lueur de fierté résidant en elle, la fit relever la tête.

Elle écouta alors la question de Cassandre. C'était une proposition pour partir, mais la jeune fille partirait elle avec elle ? Scarlett compris vite que oui, quand elle aperçut que Cassandre avait pris ses affaires.Elle était quelque part soulagé, de pouvoir partir sans être chasser publiquement de ce maudit village; mais la princesse se posait aussi des questions, surtout a propos de Cassandre. Et elle ? Pourquoi partirai elle ?

Au fond de la jeune fille grandit soudainement une envie. L'envie de partir pour Kaamelott. Oui...c'était le seul et le meilleure moyen d'aller mieux, Kaamelott était son seul espoir, c'est là bas qu'elle se sentais le plus chez elle après tout
Elle regarda Cassandre avec des yeux doux et rempli d'une certaine tristesse lié a de la reconnaissance. La princesse savait bien que la jeune fille ne pouvais voir ce regard mais Scarlett ne pouvais s'en empêcher. Elle lui était reconnaissante par le simple fait d'être venue, de ne pas l'avoir oublié.

- Oui, j'en aurais la force. Mais vous ? Pourquoi partez vous ?

Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre hésita quelques secondes avant de répondre, d'une voix pressée :

- Je suis venue en Bretagne pour accomplir plusieurs... actions. Et mes... sentiments personnels m'ont empêchée de le faire correctement. Jusqu'à présent.
*le ton est... calme, détaché. Mais il y a une conviction dans ses mots telle qu'on ne peut s'empêcher d'y entendre quelque chose de... vaguement sinistre* Maintenant... Il faut nous presser, princesse.

La jeune aveugle entra dans la maisonnette, poussant ainsi Scarlett à reculer.

- Tout le monde dort, dans la... Là-bas. Mais il y a beaucoup d'oreilles, dans cette maisonnée, et beaucoup d'yeux. Mon échappée ne passera pas longtemps inaperçue. ... Ne prenez que le nécessaire, un balluchon, et posez le sur Moloch. Un cheval sellé nous attend à l'extrémité Est du hameau. ... Mais encore faut-il arriver jusque là.

Sur ces paroles hautement réjouissantes, Cassandre s'appuya au mur et attendit, tristement consciente de ne pouvoir rien faire de plus pour motiver la romaine.

Voir le profil de l'utilisateur
La princesse écouta attentivement Cassandre en hochant la tête puis se recula afin de la laisser rentrer.

- Oh…oui, je me dépêche.

Scarlett monta à l’étage et rassembla quelques affaires. Normalement, le fait de ne prendre que le nécessaire aurait était beaucoup trop dur pour la jeune romaine, elle aurait voulus tout prendre. Tout ce qui lui appartenait, elle prenait ça comme un véritable trésor. Mais les circonstances faisait qu’elle ne prit pas grand-chose, rien que le stricts nécessaire qu’elle enveloppa dans un baluchon de tissu tout en essayant d’aller vite, elle ne voulait pas faire attendre Cassandre et elle voulait partir. Partir…comme elle aurait dut le faire depuis bien longtemps, une partie d’elle s’en voulez d’avoir attendus que Cassandre vienne la chercher. Elle descendit avec ses affaires sur l'épaule.

- C'est bon, on peu partir...

Scarlett fit le tour de la pièce, elle n'avait aucun regret à partir d'ici, de cet endroit rempli de mauvais souvenirs, de sa prison mais c'était plutôt le symbole de ce départ qui l'émouvait et qui lui compressait le coeur. Elle allez tourner la page sur une chose qu'elle avait il y a quelque temps considéré comme toute sa vie, la vie avec lui, ici...elle avait était persuadée que c'était comme ça qu'elle allait vivre jusqu’à la fin et aujourd'hui, elle allait partir et tout reprendre a zéro. Elle regarda le plafond et souffla un bon coup pour se dirigeai enfin vers la porte.

Voir le profil de l'utilisateur
La princesse avait mis beaucoup moins de temps que prévu à faire ses paquets. Pendant ce temps, l'aveugle avait ravivé le feu, et éventré des coussins qu'elle avait déposés un peu partout.

Le feu. Le feu purifierait cet endroit et leur permettrait de fuir, quand l'ensemble du hameau accourrait, soit pour éteindre, soit pour admirer l'incendie. Les humains étaient si... prévisibles...

Quand Scarlett redescendit avec son paquetage, Cassandre prit deux branches enflammées dans l'être, en tendit une à l'autre jeune fille, en disant simplement :


- Ensemble ?

Voir le profil de l'utilisateur
Le regard de la princesse se posa sur les flammes de la cheminée, sur les coussins gisant sur le sol puis, Cassandre.
Elle prit d'une main quelque peu tremblante, la branche que la jeune fille lui tendait.
Elle allait brûler cette maison et partir. C'était une belle perspective, une très belle. Et pourtant, Scarlett ne se sentais pas libérer, elle allait surement se sentir légère après avoir lâcher cette branche, après être partie définitivement de cet endroit. Elle se dirigea vers la porte en prenant la main libre de Cassandre puis hocha lentement la tête en regardant la branche.

- Ensemble.

En quelques secondes, les flammes se propageaient déjà.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum